Faire de l'exercice dans une chaleur extrême – Comment éviter l'hyperthermie

Le coup de chaleur est la principale cause de décès liés aux conditions météorologiques aux États-Unis, faisant plus de victimes en 2018 que les tornades et les inondations combinées, selon les données du National Weather Service. Et cela ne fait pas de discrimination: un athlète professionnel a péri sur le terrain l'année dernière, un autre est décédé récemment après avoir travaillé dans le magasin de sa famille, et un nombre record d'enfants sont morts dans des voitures chaudes. Les températures élevées vont rester une réalité de notre planète, et il est crucial de ne pas écarter les risques qui leur sont associés. Voici ce que vous devez savoir pour protéger vos patients contre l'épuisement dû à la chaleur et empêcher que l'épuisement dû à la chaleur ne se transforme en coup de chaleur.

Le coup de chaleur, également connu sous le nom d'insolation ou d'hyperthermie, est défini comme une température corporelle de 104 ° F ou plus. Il existe deux types de coups de chaleur: l'effort, résultant d'une activité physique prolongée par temps chaud (pensez aux footballeurs au soleil, aux triathlètes en août); ou passive, résultant d'une déshydratation progressive.

Dans les deux cas, le corps gagne de la chaleur plus rapidement qu'il ne peut la perdre. Nous nous débarrassons normalement de la chaleur corporelle excessive en transpirant, mais les corps gravement déshydratés perdent leur capacité à le faire, devenant ainsi incapables de dissiper la chaleur. En conséquence, la température centrale augmente rapidement.

Dans les deux cas, "les approches de l'hyperthermie sont vraiment une question de prévention et de gestion, et de préparation préalable", a déclaré à Medscape Bert Mandelbaum, MD, chirurgien orthopédiste et médecin du sport.

L'hyperthermie à part entière est généralement précédée d'un épuisement par la chaleur. Les premiers symptômes sont la faiblesse et la fatigue. Non traités, ils peuvent être suivis de confusion, de désorientation, de nausées, de vomissements et éventuellement de mort.

Prévention de l'hyperthermie à l'effort et traitement des athlètes

Il existe de nombreux facteurs de risque de coup de chaleur à l'effort: un environnement chaud, un exercice très intense, des vêtements inappropriés qui peuvent empêcher l'évaporation de la transpiration, un manque d'adaptation adéquate à la chaleur, un excès de graisse corporelle chez certains athlètes et une mauvaise condition physique.(1,2,3) De plus, les athlètes trop motivés risquent de surchauffer en se poussant trop fort et trop vite. En fin de compte, le manque d'acclimatation aux températures estivales est un prédicteur clé du coup de chaleur.


Le triathlon annuel de New York, qui devait avoir lieu le dimanche 21 juillet, a été annulé pour la première fois en raison d'un avertissement de chaleur excessive. "Je pense que c'est un grand pas en matière de prévention", a déclaré Mandelbaum. Parce que le triathlon n'a pas de critères d'admission, il était presque certain que certains des concurrents ne seraient tout simplement pas prêts à concourir dans des conditions de chaleur et d'humidité extrêmes. "Nous pouvons adopter une approche très spartiate pour tout et dire que seuls les plus forts survivent, mais à ce stade, nous avons un niveau de discernement plus élevé."

Les athlètes qui prévoient participer à des températures extrêmes doivent planifier à l'avance. "Il faut quelques semaines (d'entraînement) avant d'être prêt à participer à un événement par temps chaud", a déclaré à Medscape Robert Glatter, MD, médecin urgentiste. "Ce temps permet à votre corps de retenir plus d'eau et plus de sel, et vous permet de transpirer plus efficacement. Les athlètes à haut niveau transpirent plus tôt, plus efficacement et plus diffusement sur toute leur surface."

La formation se traduit par un apport plus efficace de fluides, notamment de sel et d'autres électrolytes.(4) Le corps devient plus efficace pour s'accrocher à l'eau et au sel, ce qui augmente le volume sanguin pompé à un rythme cardiaque plus bas.

Bien que les fluides soient essentiels pour prévenir les coups de chaleur, une hydratation adéquate n'est qu'une petite partie de la prévention. La condition cardiovasculaire est également essentielle, car la déshydratation augmente la fréquence cardiaque et réduit le débit cardiaque. De plus, ce n'est pas seulement la température qui compte; l'indice de chaleur est un prédicteur beaucoup plus important du potentiel de maladie liée à la chaleur.

Pour les athlètes, l'utilisation de stimulants et de suppléments est un facteur de risque supplémentaire, car ils altèrent la transpiration. En fin de compte, la prévention des coups de chaleur s'articule autour de l'acclimatation, une bonne hydratation, le rythme et la mise en place de protocoles de refroidissement rapides et efficaces. Prendre des pauses fréquentes, passer à l'ombre et boire avant la soif peut être vital.

Si des symptômes apparaissent, les athlètes devraient être capables de les reconnaître et d'avoir un plan en place pour un refroidissement rapide.(5) "La première chose qu'ils devraient faire lorsqu'ils ont des signes d'épuisement par la chaleur est de se rendre dans un environnement plus frais, de se mettre à l'ombre, de prendre de la glace et de voir quelle est la réponse", a déclaré Mandelbaum. S'il n'y a pas de réponse et une température supérieure à 104 ° F, le patient doit être transporté à l'hôpital le plus proche.

Prévention passive de l'hyperthermie

Ce ne sont pas seulement les athlètes qui sont à risque de maladie liée à la chaleur.(6) "Cela va bien au-delà des athlètes. Ce sont des gens ordinaires", a déclaré Glatter. "Les gens qui travaillent dans des environnements chauds, souterrains ou sous le soleil chaud qui ne s'habillent pas correctement, ne boivent pas suffisamment de liquides, ne mangent pas correctement."

Pour la population en général, la prévention est également essentielle: porter des vêtements amples et de couleur claire; boire avant sa soif; et transporter de l'eau. La nutrition est aussi importante que l'hydratation. "Les gens pensent qu'en quelque sorte, manger moins est mieux. Au contraire, vous devez avoir le bon type de nourriture – des fruits et des légumes qui sont hydratants, comme les concombres et la pastèque", a déclaré Glatter. "Lorsque vous transpirez, vous perdez du sodium, vous perdez du fluor, mais votre corps a également besoin de sucre. Le sucre et le sel sont essentiels." Cependant, trop de sucre peut entraîner une déshydratation.



Pour les personnes qui ne sont pas des athlètes mais envisagent de faire de l'exercice intense au soleil pendant une heure ou plus, Glatter recommande une boisson pour sportifs pour remplacer les électrolytes perdus ou des collations telles que des bretzels salés ou des fruits. "Si vous commencez à vous sentir essoufflé, vous vous sentez fatigué ou étourdi, vous avez déjà dépassé le seuil où vous êtes à risque de maladie liée à la chaleur", a déclaré Glatter.

Les enfants, les femmes enceintes, les diabétiques et les personnes âgées sont les plus à risque. Glatter recommande de vérifier les médicaments de tous les patients, car les antihistaminiques, les diurétiques et les antidépresseurs altèrent la capacité de transpirer. L'hypertension artérielle, les maladies cardiaques ou l'excès de graisse corporelle peuvent également être un facteur de risque de coup de chaleur.

Étonnamment, l'épuisement par la chaleur peut également être développé à l'intérieur. "J'ai eu quelques personnes âgées qui n'aiment pas que leurs climatiseurs arrivent (au service d'urgence) avec des signes de coup de chaleur dans des environnements chauds pendant la nuit", a déclaré Glatter.

Tout comme avec l'hyperthermie à l'effort, il est essentiel de se refroidir au premier début des symptômes et de consulter un médecin si les symptômes ne s'atténuent pas ou ne s'aggravent pas.

"Le résultat à retenir est qu'une once de prévention vaut plus que tout", a déclaré Glatter. "Chaque médecin, chaque professionnel de la santé doit savoir que si vous n'avez pas de discussion avec les patients à l'avance, ils pourraient se retrouver au service des urgences parce qu'ils n'ont pas planifié efficacement et qu'ils n'ont pas pensé au des choses qui pourraient conduire à des maladies liées à la chaleur. "

Suivez Medscape sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube